Parcours - Jikaëlle

Aller au contenu

Parcours

Des mélodies qui s’envolent, des sonorités folk et des mots qui vous touchent, juste là, vous faisant hésiter entre sourire et larmes. Sans faux-semblant, Jikaëlle écrit, compose, chante et vous embarque dans sa bulle de rêve.

Si ses notes et ses mots jouent parfois de la mélancolie, ils sont surtout une invitation à la vie, au voyage, à l’amour, bref, un antidote à la déprime. C’était le cas avec Evasions et Evidences, ses deux premiers disques. Ça l’est également avec Entre ici et ailleurs, son 3ème album, qui sort en ce début d’année 2020.
Entre ici et ailleurs
Se savoir ici, tout en ayant la tête qui vagabonde… vous connaissez aussi ce sentiment, non ? Avoir les pieds posés sur le sol et l’impression qu’une partie de soi s’envole là-bas, très loin. Justement, Dans cet album, Jikaëlle mêle la force de la rêverie et la fragilité du réel, parfois l’inverse, cela dépend des moments.

Au fil des 10 chansons s’affirme le goût de Jikaëlle pour le folk. Elle chante ses compositions personnelles en français, mais c’est clairement du côté du folk américain – et celtique le temps d’un instrumental– qu’il faut aller chercher ses principales références musicales. Avec parfois une guitare électrique qui lance quelques éclats saturés, ou un piano égrenant des arpèges mélancoliques, sur la trame tissée par les guitares acoustiques. L’album a été réalisé par Bernard Léchot, son compagnon musical depuis ses débuts.
Avant "Jikaëlle"
Adolescente, à Saint-Maur-des-Fossés, dans le Val-de-Marne, elle suit des cours de danse et de guitare. Son bac en poche, elle passe par une école de théâtre. Mais la musique reste en filigrane: elle se forge une culture qui va puiser dans la chanson française comme dans le folk-rock anglo-saxon. Envie de s’exprimer, envie de faire, ne manque plus qu’un déclencheur.

Le déclic, c’est une rencontre fortuite avec le musicien Bernard Léchot, à Paris, fin 2011. Malgré la distance qui sépare leurs domiciles respectifs (il vit en Suisse), malgré la jeunesse de Jikaëlle et les cheveux gris de cet homme aux multiples activités, la complicité est immédiate… et, des années plus tard, est toujours là!

La scène
La scène est le cadre idéal pour rencontrer la jeune chanteuse, son chapeau, ses nombreuses chemises à carreaux, et son sourire: elle y rayonne, et sait embarquer son public dans cette bulle personnelle qui, soudain, appartient un peu à chacun. Des concerts qu’elle donne soit en solo, soit en duo avec Bernard, soit de temps en temps, dans une formule élargie à d’autres musiciens. Voir page Concerts.

A noter... en 2017, Jikaëlle décroche le «Prix du meilleur espoir» du Grand Prix de la chanson «Pierre Delanoë / Claude Lemesle». Parmi les membres du jury, Pierre-Denis Leroyer (fils de Pierre Delanoë) et Claude Lemesle lui-même. En janvier 2020, elle fait la première partie du chanteur Antoine Elie, à Barbezieux-Saint-Hilaire.


JIKAËLLE, À SUIVRE ÉGALEMENT SUR


jikaelle.music@gmail.com

© JIKAËLLE 2020

Retourner au contenu